contre l’ ordre des Masseurs Kinésithérapeutes


Archive de la catégorie

Liste des articles dans la catégorie 11 MARS 2008.

MANIF STRASBOURG

GREVE DES KINESITHERAPEUTES :

COMPTE RENDU DE LA JOURNEE DU 11 MARS  A STRASBOURG

  

  

  

Bonjour à tous !

  

Le rendez-vous était fixé à 14h devant la DRASS en tenue blanche, avec panneaux et banderoles. Nous étions environ 120 kinés de toute l’ Alsace et un représentant de Moselle. Etaient représentés les établissements suivants : CRF Mulhouse, Hôpital de Mulhouse, Hôpital de Colmar, les Trois Epis, centre de Schirmeck, Morsbronn, Niederbronn, CHU Strasbourg, CMCO Schiltigheim. Certains médias étaient également sur place : Les DNA, France Bleu Alsace

  

Une délégation représentant  chaque établissement a été reçue par la directrice adjointe de la DRASS Mme Staebler  et par Mr Haertel chargé des paramédicaux..

  

Nous avons exposé nos différents points de vue concernant  l’ ordre :

  

·        inutilité de l’ ordre pour un MK salarié

·        aucune concertation des MK pour la mise en place de l’ ordre

·        cotisation inappropriée

·        budget global pharaonique

·        répartition du budget scandaleuse

·        structure beaucoup trop lourde et obsolète dans son  fonctionnement

·        impossibilité de discuter et d’ être réellement entendu par les représentants de l’ ordre depuis 18 mois

·        situation aberrante d’ exercice illégal de la kinésithérapie pour les MK DE non inscrits à l’ ordre

  

Nos revendications ont été clairement exprimées et seront transmises au ministère :

  

·        inscription facultative à l’ ordre pour les MK salariés 

·        fonctionnement , budget et cotisation à revoir par ailleurs

  

Nous avons remis un courrier officiel à la DRASS expliquant  l’ entrée d’ une partie des établissements d’ Alsace dans le MREE ( mouvement de refus d’ encadrement des étudiants kinés ). Les représentants de la DRASS ont été particulièrement  sensibles  à ce mouvement. Nous avons été d’ accord  sur l’ urgence de sortir de la crise, à condition que nos revendications soient  acceptées.

Il est clair que le MREE  est donc  plus que jamais d’ actualité et que ce moyen de pression est efficace ! Plus ce mouvement  sera suivi et étendu, et plus il sera court, dans la mesure ou le ministère réagira aux différentes pressions : MK salariés, DRASS, directeurs d’ IFMK, étudiants.

Mme Staebler nous a assuré par ailleurs qu’ il n’ était pas nécessaire d’ être inscrit à l’ ordre pour obtenir son numéro ADELI auprès de la DRASS. N’ hésitez pas à diffuser cette information largement !

  

Après cet entretien, nous avons remis en main propre le même courrier à Mr Callens, directeur de l’ IFMK Strasbourg. Nous lui avons expliqué les raisons et les modalités du MREE.

Nous avons également rencontré les étudiants délégués de chaque promotion, qui ont semblé comprendre notre démarche. Nous les avons fortement incité à envoyer un courrier individuel à la DRASS .

  

            Encore merci à tous ceux qui se sont mobilisés, certains ont même posé des congés pour être présent !

            Un merci particulier à Lucile F., coordinatrice région Est.

  

  

                        Olivier B, Paul M


POSITION DE SYNDICATS LYONNAIS

CFDT CGT SUD 

  

  

NOUS REFUSONS TOUS DE PAYER : 

  

NOUS SOMMES DONC TOUS DES DELINQUANTS 

  

Les masseurs-kinésithérapeutes salariés mobilisés pour ne pas cotiser à l’Ordre 

  

 Nous, Kinésithérapeutes salariés  (MKS), refusons de payer une cotisation exorbitante pour un ordre professionnel inutile et dispendieux et nous le faisons savoir. Nous sommes donc des délinquants, mais avec la complicité passive de nos directions et employeurs et celle des DASS n’exerçant pas leur mission de contrôle. En effet Les médecins inspecteurs de santé publique et les inspecteurs des affaires sanitaires et sociales sont compétents pour contrôler l’application des lois et règlements relatifs aux professions de santé publique et notamment tous les exercices illégaux de professions réglementées. 

  

Avant-hier, à l’occasion d’un mouvement national de contestation soutenu par les organisations syndicales, les kinésithérapeutes salariés se sont largement expliqués devant les DDASS et les DRASS et chacun peut mesurer la situation ubuesque dans laquelle nous nous trouvons

  

Tous les MKS non inscrits à l’ordre et n’ayant pas payé leur cotisation sont en exercice illégal. Ce fait est connu de tous des directions des établissements, des tutelles et du ministère. L’ordre national peut donc légitiment porter plainte auprès du procureur pour exercice illégal de la profession de masseur kinésithérapeute. Cette menace a été appliquée dans certains départements. 

  

Dans un Etat de droit, une telle situation n’est ni admissible ni tolérable. Elle appelle même théoriquement des décisions individuelles de suspension des personnels concernés par les employeurs. Rappelons que dans la fonction publique, la mise à pied conservatoire garantit le maintien du salaire à l’agent placé dans cette situation. 

  

Les responsables publics sont aussi directement impliqués par les conséquences 

  

Cette hypothèse est bien sûr impossible car nos directions sont responsables de la continuité du fonctionnement hospitalier, l’hôpital, ne peut se passer de tous les professionnels concernés pour des soins de qualité pour les patients. Dès lors, les directions sont elles-mêmes dans l’illégalité et l’ordre devrait donc, sans attendre, les poursuivre devant les tribunaux. 

  

Dans un Etat de droit, comment le gouvernement peut-il laisser durablement la gestion des établissements de santé à des directeurs coupables de recruter des personnels en exercice illégal ? Comme nous, il faudrait donc les suspendre de leurs fonctions.  

  

A la suite de nos rencontres avec les services de l’Etat, nous avons mesuré l’inquiétude croissante des DDASS et DRASS, qui ne peuvent plus faire semblant de méconnaître la situation actuelle. 

  

Au-delà du contrôle des établissements publics et privés et des situations individuelles, ce sont aussi les jurys d’examen qui sont dans l’illégalité. Si l’année dernière, dans un silence « coupable », des jurys d’examen ont été constitués en toute illégalité, recommencer la même opération en 2008 serait faire preuve d’une négligence pour le moins condamnable. 

  

Tout étudiant qui échouerait à son diplôme, serait même en droit de contester, le résultat qui proviendrait de jurys constitués de professionnels en exercice illégal ! 

  

Alors que faire ? 

  

Certes, il faut faire évoluer le droit en abrogeant ou modifiant une loi qui est refusée par la très grande majorité d’une population que sont les kinésithérapeutes salariés.

             

Il existe des précédents récents : la loi sur le CPE a été largement contestée par des milliers de salariés et toutes les organisations syndicales. Le jour même où il la promulguait, le président de la république annonçait qu’elle ne serait pas appliquée et réformée. 

  

Nous sommes aujourd’hui dans une situation comparable. C’est un lobby de kinésithérapeutes minoritaires (il suffit de constater la très faible participation aux premières élections) qui a obtenu la parution d’une loi rejetée par la quasi totalité des kinésithérapeutes salariés.

  

Cette loi, ainsi refusée par la majorité d’entre nous est inapplicable et met de ce fait les hôpitaux dans des situations ingérables. Elle risque de sacrifier une promotion complète de futurs collègues qui ne pourront passer en toute légalité leur diplôme d’état à l’issue d’un cursus d’étude souvent coûteux. 

  

A Lyon, les professionnels se refusent à prendre en otage les étudiants, mais pour autant la solution doit être trouvée. 

  

Depuis plusieurs semaines, les kinés en colère rencontrent les élus afin qu’ils interviennent auprès de la ministre de la santé afin de modifier cette loi. La demande est simple : étendre à tous les salariés les dispositions prévues pour les kinés des hôpitaux militaires, dispensant de l’obligation de s’inscrire et de payer pour pouvoir travailler. 

  

En attendant l’ouverture de la prochaine session parlementaire, demandons au président de la République de s’inspirer de l‘exemple de son prédécesseur qui a su intervenir politiquement pour qu’une loi inapplicable ne soit pas appliquée. 

  

Les seuls qui pourraient trouver à redire, sont les collègues libéraux, qui devront se substituer aux salariés pour rembourser les 3 millions d’euros empruntés par l’ordre national  en augmentant leur cotisation de 80 euros (ce qui ne devrait pas poser de problèmes car quand on aime, on ne compte pas…), mais peut-être aussi demander des comptes aux conseillers ordinaux qu’ils ont élus ou laissés élire. Gardons nous de mettre tous nos collègues dans le même panier, certains d’entre eux s’émeuvent à juste titre des pratiques actuelles de l’Ordre.

  

  

Pour l’intersyndicale CFDT CGT SUD

  

JF Aillard secrétaire général du syndicat CFDT  Santé Sociaux


MANIF DANS LE MAINE ET LOIRE

  

GREVE DU 11 MARS 2008 

RENCONTRE AVEC LE PRESIDENT DU 

CONSEIL DEPARTEMENTAL DE L’ORDRE   

Maine et Loire 

  

  

  

Le mardi 11 mars, à 13 heures les MK salariés du département (CHU, CRRRF, APF, Guibertière) ont débrayé devant les locaux du CDO contre l’ordre des kinés et la cotisation excessive.

  

C’est un mouvement national   qui prend de plus en plus d’ampleur.

  

La manifestation a été couverte par plusieurs radios locales, la presse écrite et par la chaîne de TV locale : Angers 7.

  

Lors de cette rencontre, nous avons remis au Président, monsieur Dupont Dominique

 2 documents (documents ci-joint dans l’envoi mail) :

-         une expression contre l’ordre

-         une motion que le président doit faire remonter au conseil national lors de sa réunion du 12 mars : réunion des présidents départementaux.

  

Des syndicats étaient présents : CFDT santé-sociaux, FO, SUD santé. Chaque organisation s’est exprimée. Le représentant de FO venait du CRRRF  et parlait au titre des MK du centre.

  

Une discussion s’est installée ou nous avons dénoncé l’ordre sur plusieurs thèmes :

-         la création de l’ordre

-         la cotisation excessive

-         les instances déjà existantes pour les salariés aussi bien publiques que privées

-         la reconnaissance de la profession

-         la déontologie.

  

Le président nous a présenté un diaporama sur l’historique de l’ordre :   création, les élections, la motion qu’il a déposé dénonçant la cotisation imposée par le national, les relances, la clôture du tableau de l’ordre.

Il nous a rappelé que le 22 mars, si nous ne sommes pas inscrits, nous serons en exercice illégal de la kinésithérapie et qu’il ne peut qu’appliquer la loi : « votre action arrive trop tard ».

  

Monsieur Lemerle, kinésithérapeute et conseiller ordinal, nous a fait une « brillante » intervention sur la reconnaissance  de la profession, sur la dégradation de la profession, sur l’arrivée de MK étrangers dans les établissements. Pour lui, la seule solution aux problèmes des MK est l’inscription et la participation à l’ordre.  Tout cela dans un magnifique élan de culpabilité.

Le président s’est engagé à faire remonter nos revendications, à donner notre motion lors de la réunion des présidents départementaux.

  

Le président nous a bien signifié qu’il irait jusqu’au bout des exigences de l’ordre.

  

Il a rappelé que le CDO49 était aussi contre la cotisation excessive.

  

Des élections nationales sont à prévoir pour remplacer le 1/3 des élus. Le président national actuel, monsieur David fait parti de ce tiers. Un changement du CNO pourrait peut être prendre en compte nos revendications.

Pour lui, le seul moyen est de ne pas ré élire monsieur David pour faire avancer le dossier.

  

Il nous fait remarquer que plusieurs départements rencontrent les mêmes interrogations et qu’ils font remonter les mêmes revendications.

  

Nous avons quitté les lieux à 14 heures 30.

  

Nous espérons une réponse à nos demandes.

 


MANIF A LA ROCHELLE

a027.jpg

100% des kinés du CH de Saint Nazaire (y compris un kiné retraité) ont
débrayé ce 11 mars pour dénoncer la cotisation et l’inscription obligatoire
à l’ordre des MK

Nous avons avons rejoint à la DRASS de Nantes nos collègues du CHU de
Nantes, du centre de Pen Bron, de Pornic et bien d’autres établissement de
Loire Atlantique

Puis nous sommes allés jusqu’à France 3 qui n’ont pas pu couvrir ce jour
notre mouvement. Ils nous ont informés qu’ils avaient déjà leur quota de
revendications pour ce jour et nous ont proposé de nous recontacter
prochainement en prenant nos coordonnées. A nous de nous rappeler à leur
bon souvenir.

Et nous poursuivons également nos rencontres avec nos députés.


MANIF A SAINT LO

Journée du 11 mars 2008  à la DDASS de St LO Département de la Manche 

  

En présence des presses départementales, et des renseignements généraux….et force de l’ordre (rien à voir avec l’Ordre….).

  

Monsieur Thiébault  directeur adjoint de la DDASS de la Manche a accueilli la délégation des M.K.D.E.  salariés de la Manche :

  

5 personnes représentants des Hôpitaux de la Manche et des CRF ou E.M.P.R..

  

* Ils ont remis une pétition signée par quelque 80 signatures à l’attention du Ministre de la Santé

  

* Ils ont indiqué qu’il n’était pas normal pour un jeune MKDE de s’inscrire d’abord au CDOMK50, avant d’aller à la DDASS pour obtenir le numéro ADELI. (monsieur Thiebault s’est engagé suite à un document donné par la délégation à interroger le ministère sur légalité ou non de cette obligation. Une réponse sera apportée à la délégation.)

  

* La délégation a estimé que le conseil de l’Ordre avait peu d’intérêt pour le MK salarié suffisamment encadré par les structures administratives et médicales. Au sein des établissements qui dépendent des directives de la H.A.S. d’autres instances suffisaient

comme les structures syndicales, CE et DP pour régler les  problèmes rencontrés.

  

* Cependant ils ne sont pas contre un conseil de l’Ordre qui pourrait permettre de rassembler la profession, mais ils ont constaté que le CNOMK reste sourd aux revendications des MK salariés à savoir : une organisation trop lourde et coûteuse et par conséquent des cotisations annuelles trop importantes tant pour les salariés que pour les libéraux..

  

* Enfin ils ont dénoncé les indemnités excessives des élus nationaux ainsi que les structures départementales inutiles et coûteuses.

  

*  Le groupe de 70  M.K.D.E., accompagné d’une patrouille de la police nationale, s’est ensuite dirigé vers le CDOMK50  où chacun a pu constater l’activité débordante justifiant les montants des cotisations ! …pas un chat…pas de secrétaire !…porte close !


MANIF A QUIMPER

dsc00015.jpgdsc00013.jpgdsc00014.jpgdsc00017.jpgdsc00012.jpg

Bonjour à tous,

La grève du 11 mars a regroupé à la DASS à 14 h à QUIMPER les kinésithérapeutes des établissements suivants :

-          Le CRFB Mathieu DONNART BREST 100% de grévistes

-          Le CHU de BREST : 95% de gréviste

-          Le CRF de TREBOUL : 91% de grévistes

-          Le Centre de Perharidy ROSCOFF : 86% non inscrits

-          L’Hôpital d’instruction des Armées de BREST : 100% non inscrits- 100% de grévistes

-          Le CH CARHAIX PLOUGUER 100% non inscrits

-          Le CH DOUARNENEZ 100% de grévistes

-          Le CH de Laennec QUIMPER CONCARNEAU : 85% non inscrits-100% grévistes

-          Le CH des Pays de MORLAIX : 75% non inscrits- 50% grévistes

-          La Clinique Kerléna –ROSCOFF

Autant dire que nous étions nombreux : 150 à 200 personnes. Un grand Merci à tous les animateurs qui ont été d’un professionnalisme parfait : animation, musique, chansons d’une créativité remarquable, à nos amis Quimpérois de nous avoir si agréablement reçus, et à tous les participants en particulier. Les quais de Quimper étaient particulièrement animés ce mardi midi, et merci aussi à la météo qui nous a offert une fenêtre sans pluie juste le temps de la manifestation. Vive la Bretagne !

Une délégation de ces différents établissements a été reçue par le Médecin inspecteur de la DASS et une inspectrice de l’action sociale. Elles nous ont écouté avec une grande attention, découvrant je pense un certains nombre d’éléments qu’elles vont faire remonter directement au ministère accompagnés de notre lettre à Madame La Ministre portant mention de tous les établissements cités plus haut.

Nous avons, à l’occasion demandé les chiffres des précédentes élections :

-          Pour le collège des libéraux : 29% de participation

-          Pour le Collège des Salariés : 25% de participation et surtout, il y avait 6 sièges à pourvoir (3 titulaires-3 suppléants) mais comme il n’y avait que 2 candidates….

Amicalement,

Elisabeth

 


MANIF AU MANS

dsc00587.jpg

Devant la DDASS, tous les kinés du Centre de l’Arche, ainsi qu’un certain nombre de l’hopital du Mans.Fr3 a prévu de venir nous voir pourt faire un dossier, avons été reçus par le Directeur DDASS…ça bouge!

 


MANIF A LYON

img3557.jpgimg3556.jpgimg3555.jpgimg3558.jpg

Bonsoir,

Nous sortons à l’instant du rendez-vous avec la direction adjointe de la DASS

Nous étion nombreux plus de 150, certes des HCL (chu de Lyon) mais également du Vinatier, de ST Joseph ST Luc et du secteur social. + 2 délégations de la Loire (St Chamond et Rive de Gier) et de La Drôme (Valence, Romans St Vallier) étaient de la fête sous la pluie.

Nous avons obtenu comme ailleurs que le parcours du futur salarié puisse se résumer à l’enregistrement de son DE sur le fichier ADELLI, la DASS nous indiquant que c’était dans un but de décrispation, ( après échange avec le ministère) mais qu’il ne faudrait pas lui demander ensuite d’aller vérifier l’inscription à l’ordre (ce qui nous va très bien).

Pour le reste elle transmettra au ministère nos revendications et rédigera un courrier destiné aux directions d’établissement afin d’attirer leur attention sur la complexité de notre problématique et de veiller au maintien d’un climat social le plus serein possible.

Nous avons réaffirmé notre position et qu’il était de l’intérêt de tous à ce que l’ordre ne crispe pas les choses.

La DASS nous a fait part de ses inquiétudes tant qu’à la validité juridique des DE de cette fin d’année, car elle a conscience que tous les jury pourraient être contestés sur le plan du droit.

A suivre donc


ARTICLES DE PRESSE

ARTICLES DE PRESSE dans 11 MARS 2008 pdf articesudouest12mars2008.pdf

Plusieurs articles sont passés sur internet

http://www.angers.maville.com/Des-kines-s-opposent-a-leur-conseil-de-l-Ordre-/re/actudet/actu_loc-585924——_actu.html

http://www.quimper.maville.com/Non-au-conseil-de-l-ordre-les-kines-dans-la-rue-/re/actudet/actu_dep-586085——_actu.html

Je vous joins aussi l’article qui est paru dans Sud Ouest. La couverture médiatique n’a pas été à la hauteur de l’évènement parce qu’à par cette article on n’a eu que 20 secondes sur M6 Bordeaux. On verra demain.

Bravo à ceux qui ont su mieux que nous faire connaitre le mouvement.


DES NOUVELLES DE PARIS

manifparis11030835.jpgmanifparis11030815.jpgmanifparis11030811.jpgmanifparis1103084.jpgmanifparis110308.jpgmanifparis11030831.jpg

Salut à tous,

Malgré une météo excécrable, nous étions très nombreux dès 13h30 jusqu’à16h15 à manifester bruyament et joyeusement mais avec détermination devant le Ministère de la Santé. Même les étudiants nous ont rejoint calmement et dignement sans affrontement pour exprimer leur situation. Un cordon de CRS était en faction devant le bâtiment.

Pendant plus de 2h30, chants, revendications, sifflets, ont rythmé la manifestation.

Au bout de 2h, une délégation de 12 personnes (4 de syndicats et 8 kinés salariés et libéraux) ont été reçus par un membre du cabinet de la ministre. De cette entrevue, il en ressort une nouvelle rencontre la semaine prochaine (avec une nouvelle manif?) où des réponses à nos demandes seront sans doute formulées… Nos demandes sont:  inscription et cotisation facultatives à l’Ordre, l’abrogation de la loi (car ils se raccrochent à cette loi!). Les personnes ayant été reçues doivent nous faire une synthèse de la rencontre (Didier L. on compte sur toi!).

J’ai pris des photos que je joins à ce mail.

De plus, une AG extraordinaire de l’APHP aura lieu mardi 18 mars prochain à l’Hôtel-Dieu à 13h30.

Le combat continue, la non-inscription et la non cotisation restent de mise, il ne faut pas céder.

Pour les élections ordinales MK, les listes doivent se clôturer le 21 mars. Il leur manque cruellement des kinés inscrits pour pouvoir réélir les conseillers actuels dans leur ensemble, panique au CNOKM! Et l’argent leur fait défaut aussi…

Pour l’Ordre des Infirmiers, ça craint aussi! Informons tous nos collègues infirmiers de ce qui les attend: pas de vote, ni d’inscription ni de cotisation!

A suivre…

……………………………………………………………………………………………

Je profite de la plume( ou plûtôt du clavier) de Didier Lantz. Il nous fera sûrement un compte rendu plus complet plus tard.

……………………………………………………………………………………………..

Sur Paris une importante « troupe » de kinésithérapeutes de l’Ile de France, salariés du public et du privé ainsi que des libéraux, accompagnés de pédicures-podologues et de quelques infirmières se sont rassemblés devant le Ministère de la Santé.

Après une longue attente, marquée par le refus de recevoir une délégation, l’ensemble des irresponsables a opéré un changement de position en entamant une petite course vers l’entrée voisine de la DHOS. Entraînant le déploiement de nombreux agents de la force publique, nous contraignant à bloquer un carrefour stratégique.

En échange de la « libération » du carrefour, une délégation de 12 gueux comprenant des représentants des 4 syndicats présents de l’intersyndicale, une pédicure-podologue non syndiquée, un MK libéral.

Malgré les intempéries, nombreux sont restés, longtemps, jusqu’à ce que nous soyons « relâchés » :o )

Un compte rendu des « échanges » sera diffusé plus tard.

Mais le Ministère doit organiser une nouvelle rencontre la semaine prochaine!

Nous devons rester mobilisés et amplifier le mouvement c’est la certitude du jour.

Didier LANTZ


12

Le blog d'une ado tro folle |
Hicham EL BAROUNI |
mon potin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Coup de Coeur d'Emilie
| actualite des environs
| animaux en voie de disparetion